Royaume du Floodistan Index du Forum

Royaume du Floodistan
Forum de flood civilisé

FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

Poèmes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Royaume du Floodistan Index du Forum -> Ouelcomom, centreville -> Académie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chantra Chantrapa
Maharajah

En ligne

Inscrit le: 08 Sep 2009
Messages: 29 630

MessagePosté le: Lun 7 Aoû - 09:49:00 (2017)    Sujet du message: Poèmes Répondre en citant

    Les vieilles maisons

    Je n’aime pas les maisons neuves :
    Leur visage est indifférent ;
    Les anciennes ont l’air de veuves
    Qui se souviennent en pleurant.

    Les lézardes de leur vieux plâtre
    Semblent les rides d’un vieillard ;
    Leurs vitres au reflet verdâtre
    Ont comme un triste et bon regard !

    Leurs portes sont hospitalières,
    Car ces barrières ont vieilli ;
    Leurs murailles sont familières
    À force d’avoir accueilli.

    Les clés s’y rouillent aux serrures,
    Car les coeurs n’ont plus de secrets ;
    Le temps y ternit les dorures,
    Mais fait ressembler les portraits.

    Des voix chères dorment en elles,
    Et dans les rideaux des grands lits
    Un souffle d’âmes paternelles
    Remue encor les anciens plis.

    J’aime les âtres noirs de suie,
    D’où l’on entend bruire en l’air
    Les hirondelles ou la pluie
    Avec le printemps ou l’hiver ;

    Les escaliers que le pied monte
    Par des degrés larges et bas
    Dont il connaît si bien le compte,
    Les ayant creusés de ses pas ;

    Le toit dont fléchissent les pentes ;
    Le grenier aux ais vermoulus,
    Qui fait rêver sous ses charpentes
    À des forêts qui ne sont plus.

    J’aime surtout, dans la grand’salle
    Où la famille a son foyer,
    La poutre unique, transversale,
    Portant le logis tout entier ;

    Immobile et laborieuse,
    Elle soutient comme autrefois
    La race inquiète et rieuse
    Qui se fie encore à son bois.

    Elle ne rompt pas sous la charge,
    Bien que déjà ses flancs ouverts
    Sentent leur blessure plus large
    Et soient tout criblés par les vers ;

    Par une force qu’on ignore
    Rassemblant ses derniers morceaux,
    Le chêne au grand coeur tient encore
    Sous la cadence des berceaux.

    Mais les enfants croissent en âge,
    Déjà la poutre plie un peu ;
    Elle cédera davantage ;
    Les ingrats la mettront au feu ...

    Et, quand ils l’auront consumée,
    Le souvenir de son bienfait
    S’envolera dans sa fumée.
    Elle aura péri tout à fait,

    Dans ses restes de toutes sortes
    Éparses sous mille autres noms ;
    Bien morte, car les choses mortes
    Ne laissent pas de rejetons.

    Comme les servantes usées
    S’éteignent dans l’isolement,
    Les choses tombent méprisées,
    Et finissent entièrement.

    C’est pourquoi, lorsqu’on livre aux flammes
    Les débris des vieilles maisons,
    Le rêveur sent brûler des âmes
    Dans les bleus éclairs des tisons.

    Sully Prudhomme
    Les solitudes



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Aoû - 09:49:00 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chantra Chantrapa
Maharajah

En ligne

Inscrit le: 08 Sep 2009
Messages: 29 630

MessagePosté le: Jeu 1 Mar - 00:54:00 (2018)    Sujet du message: Poèmes Répondre en citant

    Neige

    Un soir de grand hiver, la neige emplit la nuit.
    Et sa sourde blancheur rend l'ombre plus étrange.
    Il neige dans la cour, il neige sur la grange,
    Et sur l'étable, et dans la mare, et sur le puits.

    On dirait qu'elle tombe ainsi depuis des ans,
    Et qu'elle tombera durant toute la vie.
    Il semble qu'à jamais la terre est endormie
    Et qu'on ne reverra jamais plus le printemps.

    Mais, pendant que la neige innombrable accumule
    Du froid et du silence autour de la maison
    Et que ses flocons fous meurent dans les tisons,
    Le feu, paisible et fort, au cœur de l'âtre brûle.

    Le feu divin, source de joie et de clarté,
    Fils du soleil qui dort dans les arbres antiques,
    Rayonne, et sa lueur joyeuse et prophétique
    Annonce la splendeur prochaine de l'été.

    Louis Mercier
    Le poème de la maison

Revenir en haut
Chantra Chantrapa
Maharajah

En ligne

Inscrit le: 08 Sep 2009
Messages: 29 630

MessagePosté le: Jeu 1 Mar - 01:14:00 (2018)    Sujet du message: Poèmes Répondre en citant

    Dans l'interminable ennui de la plaine

    Dans l'interminable
    Ennui de la plaine,
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune.
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.

    Comme les nuées
    Flottent gris les chênes
    Des forêts prochaines
    Parmi les buées.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune.
    On croirait voir vivre
    Et mourir la Lune.

    Corneille poussive,
    Et vous, les loups maigres,
    Par ces bises aigres
    Quoi donc vous arrive ?

    Dans l'interminable
    Ennui de la plaine,
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Paul Verlaine
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:47:29 (2018)    Sujet du message: Poèmes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Royaume du Floodistan Index du Forum -> Ouelcomom, centreville -> Académie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com